Le patrimoine de Landerneau

vignette
picto
Bretagne idéale (La)
1/ Touraine ; Vacances 1949 ; Blois Renée et Monique ; marchés, rue Denis Papin ; Chambord ; les beaux raisins de Touraine ; Chaumont sur Loire ; Amboise ; Villandry ; Azay-le-Rideau ; Langeais ; Saumur ; Angers ; Serrant ; Champtocé ; ruines du château de Barbe Bleue ; Saint-Nazaire ; la Baule (Gisèle et 1er film couleur Renée et Monique) La Baule les Pins (1 plan couleur) ; Guérande ; Pontchâteau (temple de Jérusalem et chemin de croix) ; Golfe du Morbihan, Ile aux Moines (Daniel Moyon) ; Sainte-Anne d'Auray ; Carnac ; Quiberon (Renée, Monique , Gisèle) côte sauvage ; Hennebont ; Lorient (Pont du Bonhomme, ruines, cité commerciale, port de pêche, machine à distribuer la glace, quais d'expédition) ; Lorient le 23 avril 1950 : visite du Président Auriol au port de pêche (interdiction de filmer, ordre du Protocole Souchay ; Caudan. 2/ 1949/50 : Riec sur Belon ; manoir de Keriolet (Renée et Monique) ; Concarneau (ville close, déguisés, Reine des Grondins) ; Bénodet ; Loctudy ; Ile Tudy ; Quimper (le Théâtre, la Préfecture (I plan Renée Monique couleur) ; Guilvinec ; Penmarc'h (phare d'Eckmühl, maisons de pêcheurs) : Saint-Jean-Trolimon (calvaire de Tronoën) ; Goulien ; Douarnenez (carnaval 1949, baie de Douarnenez) ; Tréboul (île Tristan et pont de Tréboul) ; Kerlaz ; Locronan. 3/ Le moulin de Plouzévet ; pont de Plougastel-Daoulas ; Brest (1946) Arsenal, port de guerre, port de Commerce, gare ; Landerneau ; Paimpol ; tour de Kerroc'h ; île de Bréhat et pointe de l'Arcouest ; Saint-Quay-Portrieux ; Dahouët, N.D. de la Garde ; Val-André ; Josselin (château et canal) ; Dinan la Rance ( Château, fortifications, enceintes, vieux Dinan, du moderne maintenant) ; La Hisse, barrage sur la Rance ; Combourg (château de Chateaubriand) ; Tinténiac (l'église) ; Retiers (allée couverte de la Roche aux fées) ; Vitré ; mi-forêt (Renée Monique Gisèle) ; Fougères (château) ; Mont-Saint-Michel ; prés salés ; Bagnoles-de-l'Orme ; Chartres, devant la cathédrale, une bigoudène y vend de la broderie ; Alençon. ; débuts 1946 fin 1949.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Ville et faubourgs de Landerneau

Par : Les tablettes rennaises

vignette
picto
Plan de Landerneau

Par : Les tablettes rennaises

vignette
picto
Questions de Préminences et droits honnorifiques :
Mémoires pour l'Église paroissiale de Saint Hoüardon de Landerneau, faits à Rennes le 13 février 1750, à Paris le 10 mars 1752 et à Rennes le 11 août 1750. Questions de droit concernant la possession et l'usage des bancs, sépultures et armoiries existant dans l’église paroissiale de Saint Hoüardon de Landerneau, Évêché de Saint-Pol-de-Léon.

Par : Médiathèques de Quimper Br

vignette
picto
Bréviaire de Landerneau
Manuscrit sur vélin, texte en deux colonnes, lettrines rouges, bleues, noires. Petit in 8° : 11,5 x 15 cm. Date approximative.

Bibliographie :

Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille et Vilaine, tome XXV, Rennes 1906, p. 141-144, n°55 : "Bréviaire de Landerneau du XVè siècle", par M. l'Abbé F. Duine.

François-Marie Duine, Inventaire liturgique de l'hagiographie bretonne, Paris, librairie ancienne Honoré Champion, 1922, 291 p. (La Bretagne et les pays celtiques, n° XVI) .
Extrait du Bulletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, T. XLIX. Cf. p. 211 : CCXCIV, "Bréviaire manuscrit de Landerneau".

Bernard Merdrignac, « L'Espace et le Sacré dans les leçons de bréviaires de l'Ouest armoricain consacrées aux saints bretons (XVe-XVIe siècles) », dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 90, 1983, p. 273-293.

Dossier constitué par M. le Chanoine Peyron, aux archives de l'évêché à Quimper à la cote 2 Z 401 (partiellement numérisé).
Transcription de la partie "Propre des saints" du Bréviaire de Landerneau par M. le Chanoine Jean-François Falc'hun, Dirinon, 1987, aux archives de l'évêché à Quimper à la cote 83 Z 28 .

Par : Diocèse de Quimper et Léon

vignette
picto
Gymnase du collège de Mescoat, Mescoat (Landerneau
Le projet lauréat a été choisi pour sa qualité en terme d’organisation des espaces, mais aussi pour l’attention particulière donnée à la gestion de l’éclairage naturel de la salle et à la conception des cheminements extérieurs. Le gymnase, de 1 674 m2 de surface utile, dont un terrain de sport de 26,3 par 48,2 mètres permettant d’installer, par exemple, neuf terrains de badminton, est ouvert sur des plateaux sportifs extérieurs. Le principal défi technique a consisté à construire une surface de plain-pied sur un terrain accusant une pente de 10%. Il a donc fallu créer un soubassement en béton d’environ 3,90 m de hauteur pour ancrer le bâtiment dans la pente et le surmonter d'un gymnase de 9,20 m de haut à structure en charpente et bardage métalliques.L'équipement comprend une salle de sport, quatre espaces de rangement, un espace réservé aux enseignants (bureaux, vestiaires,douches), quatre vestiaires pour les élèves, des sanitaires et des locaux techniques. Des espaces de rangement de matériel sont aussi prévus pour les activités extérieures. Le choix s’est porté sur des vestiaires traversants, permettant de préserver les sols sportifs et de rendre l’espace fonctionnel. Les élèves entrent dans les vestiaires en tenue de ville, avant de ressortir sur le terrain, en tenue de sport. L’entrée, avec ses quatre portes d’accès, est dotée d’un auvent pour abriter les élèves. Pour les façades hautes de la salle multisports, le projet privilégie une conception bioclimatique des façades, adaptée à chaque orientation et à chaque situation. Le choix d’exploiter la lumière naturelle au maximum, en alternant selon l’orientation, l’utilisation de baies vitrées, de polycarbonate translucide ou de lumière zénithale grâce à des lanterneaux,devrait permettre une optimisation de la consommation énergétique. L’éclairage à leds, moins énergivores, complète cette logique. Dans la grande salle, l’éclairage artificiel pourra être utilisé en appoint l’hiver, le matin ou en fin d’après-midi. Les parois basses du gymnase sont réalisées en béton ou en aggloméré et surmontées d’une charpente métallique. La sous-face de la toiture et les parois hautes sont traitées avec de la tôle perforée, à laquelle un absorbant acoustique a été ajouté. La toiture est réalisée en bac acier avec un isolant. L’étanchéité est faite sur le dessus.Dans les espaces de circulation, les plafonds sont aussi traités avec des matériaux absorbants pour minimiser la résonance et respecter les normes PMR. Ils sont en bacs de métal et les absorbants constitués d’un flocage acoustique.Le collège de Mescoat, le plus grand du département, utilisait précédemment une salle municipale - un COSEC modèle Abadie - de 1981, située à proximité. En 2012, le conseil général décide de construire un nouveau gymnase et, le 1er juillet 2013, sa commission permanente choisit de faire appel à l’équipe d’architectes briochins Coquard, Colleu, Charrier. La première pierre du nouvel équipement, d'un coût de 3,3 millions d'euros, est posée le 24 novembre 2014. L'inauguration a lieu le 24 novembre 2016.
Auteur(s) du descriptif : Bonnet Philippe

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Folklore, Landerneau...
1/ Danses bretonnes, cercles celtiques au Festival des Cornemuses de Brest (5mn). Port de pêche, pointe du Raz, sortie à la mer vers Ploumanac'h, pique-nique au bord de la mer sur une table de camping puis grand pique-nique organisé par le Comité d'Entreprise de la société Dior de Landerneau (dont le directeur était alors Mocaër Berchman), jeux divers et détente du personnel (N/B). 2/ Landerneau, la ville (rapide). Douarnenez le port (vu de la mer), pointe du Raz, Mont Saint-Michel, pardon de Sainte Anne la Palud. (N/B). 3/ Sud-Ouest de la France, montagne, Orgeix (Ariège), vers Bayonne (Pyrénées Atlantique), pelote basque, Biarritz (Couleur).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Landerneau : Foire aux chevaux, achat d'un cheval

Par : Dastum

vignette
picto
Landerneau : Marche au vieux habits sur la place S

Par : Dastum

vignette
picto
Vue de l'église Saint-Houardon de Landerneau. Croq
Vue de l'église Saint-Houardon de Landerneau : porche sud. L'arcade extérieure est encadrée de deux colonnes cannelées à chapiteaux corinthiens. Au-dessus de l'entablement, trois niches à coquilles et quatre caissons sous un fronton triangulaire ; puis un second fronton avec une niche à cariatides gainées ; le tout surmonté d'un clocheton à base carrée et lanternon. A gauche, le clocher est à trois étages de cloches. La troisième chambre de cloches, entourée de sa galerie et de quatre clochetons d'angle, porte un dôme couronné par un lanternon à deux étages.

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
Landerneau - Ruines du château de la Roche-Maurice
Au premier plan, une rivière ou un lac entouré d'arbres, et au loin sur une colline, les ruines du château de la Roche-Maurice.

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
Clocher Houardon à Landerneau. Album "Voyages pitt
Lithographie des "Voyages pittoresques ..."

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
Landerneau - L'église

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
Observations des députés du pays de Léon et de la

Par : Gallica

vignette
picto
Notice historique sur la ville de Landerneau (2e é

Par : Gallica

vignette
picto
Bout d'essai
Landerneau, vues panoramiques sur le début du chantier de construction de l'immeuble Coopagri (aujourd'hui Triskalia).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Concours et achats d'étalons à Landerneau
Champ de foire ; côte de Pencran ; Epreuves de charrettes attelées ; maquignons ; militaires ; éleveurs. Concours de modèles et allures de chevaux de trait c'est-à-dire : présentation du cheval en main, toise de l'animal, marche au trot de face et de profil, défilé de tous les chevaux présentés. Démonstrations d'attelages à un cheval ; pose du harnais et de la voiture à bras sur le cheval.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
La Société Linière du Finistère
La Société Linière du Finistère s'étendait sur environ 16 hectares à la sortie est de la ville. Le site comprenait des bâtiments et un étang de retenue (environ 6 ha).Le mémoire établi lors de la liquidation des biens de la Société, en date du 25 janvier 1892, nous en donne une description précise. Le site comporte plusieurs bâtiments, dont les descriptifs et dimensions sont indiqués en annexe dans la transcription du document, conservé aux archives départementales du Finistère sous la cote 7 M 247.Trois ensembles de bâtiments sont encore visibles actuellement sur le site, chacun étant dans un état plus ou moins bien préservé. Ces ensembles architecturaux sont partagés entre deux types de matériaux : la pierre et la brique.La Peignerie et le scutcher. La Peignerie est un bâtiment de forme rectangulaire et longitudinale (n°33 sur le plan). Il est constitué de pierres ainsi que de briques pour l’encadrement de la porte. L’élévation se fait sur deux niveaux, avec un rez-de-chaussée et un premier étage, et un toit en éverite. Le long du rez-de-chaussée de la Peignerie se trouve, complètement accolé, le bâtiment nommé « scutcher » (n°34 sur le plan) qui n’a qu’un niveau et dont le toit est manquant. Le nom de ce bâtiment provient de l'anglais scutching-machine (teilleuse) et qui était aussi appelé "moulin irlandais" ; la mention "scotcher" se retrouve aussi, cependant ce n'est qu'une déformation du mot d'origine. L’ensemble général des bâtiments est délabré, la végétation est plutôt dominante. Côté rivière, des latrines en brique et un accès par un escalier qui donne directement sur la rivière sont à noter. De plus, des vestiges d’une passerelle qui passait par-dessus l’Elorn sont encore visibles. Ajoutons à cela, que deux "roues" ou "meules à chanvre" ont été retrouvées sur le site, dans une propriété privée. Toutes deux en granite, elles mesurent 2 mètres de diamètre pour 50 centimètres d'épaisseur, et elles pèsent dans les 4 tonnes.Les magasins liniers. Le deuxième ensemble de bâtiments encore préservé est celui qui est en bordure de route, dans la rue des Écossais. Sur l’ensemble actuel, ce sont au moins deux bâtiments d’origine qui sont accolés, chacun s’élevant sur deux niveaux : l’habitation-bureaux pour le premier (n°20 sur le plan) et les magasins de lins et fils au rez-de-chaussée du second du bâtiment (n°21 sur le plan), avec au premier étage les marchands et les outils. Ils forment ainsi un ensemble longitudinal à multiples travées. L’encadrement est de pierre pour la porte principale et de brique pour la secondaire, et les fenêtres sont encadrées de béton.La blanchisserie. Enfin, construite le long de l’Elorn, se trouve l’ancienne blanchisserie (n°2A sur le plan). L’état actuel de ce bâtiment laisse voir deux affectations différentes qui se sont succédées dans le temps et qui se retrouvent dans le choix des matériaux encore visibles dans la structure en ruine. En effet, dans un premier temps se trouvait la blanchisserie qui était constituée de pierre et s’élevait sur deux niveaux : la blanchisserie en elle-même au rez-de-chaussée et le séchoir à l’air libre au premier étage. Aujourd’hui, les parties architecturales de la blanchisserie ne sont qu’apparentes par le matériau (la pierre) et par l’élévation marquée par les huit piliers qui subsistent, tandis que le toit, lui, a disparu. La blanchisserie reste visible de loin grâce aux trois pignons restants côté ouest et qui devaient marquer les trois vaisseaux composants de la structure (voir ill. « Ancienne filature » pour visualiser une comparaison). Et dans un second temps, la briqueterie a investit les lieux de l’ancienne blanchisserie. Les vestiges que nous pouvons observer imbriquent alors à la fois celles de la blanchisserie et celles de la briqueterie, distinguables par leur principal matériau de construction (respectivement la pierre et la brique).La manufacture du Léon qui fabriquait les Crées, ces toiles de lin qui étaient exportées par les ports de Landerneau et Morlaix, était « gérée » par les négociants (Heuzé, Radiguet, Homon, Goury, Le Roux), souvent également armateurs de ces deux villes.Dans un premier temps (début du XXe siècle) ils ont organisé le tissage en ateliers, comme celui installé au couvent des Capucins, où, en 1820, 160 métiers environ tissaient le lin, le coton, les siamoises de couleur, le linge de table mais principalement des toiles à carreaux, fil bleu d’épreuve, façon de Bruges et de Lille.Si les premières étapes de la transformation de la fibre ne pouvaient se faire que manuellement, ils ont souhaité prendre modèle sur les Anglo-saxons, en avance sur la mécanisation, pour le filage et le tissage. C’est ainsi que peu à peu ils ont opté pour l’installation d’une usine pour produire de la toile en quantité et en qualité capable de répondre au cahier des charges de la Marine. Le lieu d’implantation a été choisi en fonction de l’énergie nécessaire au fonctionnement des machines, en l’occurrence, à l’est de la ville sur les bords de l’Elorn afin de profiter de la force hydraulique de la rivière.Ils déposent les statuts de la Société Linière le 22 août 1845 (voir en annexe), avec comme associés (qui seront, pour certains, suivit par leur fils) René Poisson (1768-1854) ; Joseph et Charles Goury (1779-1869/1815-1885) ; Jean-Isidore Radiguet (1792-1862) ; François et Gustave Heuzé (1789-1852/1821-1898) ; Guillaume et Albert Le Roux (1794-1868/1836-1912).Les machines sont achetées pour la plupart en Irlande. Le personnel est recruté sur place mais la Société Linière attire également des ouvriers d'autres communes finistériennes (Plounéour-Ménez, Commana...) et d’autres pays de tisserands, tel que les Côtes d’Armor. Afin de former et d'encadrer les ouvriers bretons, les négociants pré-cités font venir des contre-maîtres et ouvriers spécialisés Écossais.Ceux-ci forment alors une véritable communauté, ont leur pasteur, leur école dans le « quartier des Écossais ». Les bâtiments d'habitation des contre-maîtres sont toujours visibles près de la voie ferrée.L'apport des actionnaires dans la société est constitué principalement de blanchisseries ou d'ateliers de tissage répartis sur un territoire qui va de Landerneau à Ploudiry, Landivisiau, Saint-Sauveur, Commana, Plourin. D'autres ateliers de tissage ont été construits et mis en œuvre ultérieurement (Guimillau).Le principal client de la Société sont la Marine Royale qui passe commande pour des toiles à voile, vareuses, chemises, pantalons et manches à eau, et I‘Administration de la Guerre pour laquelle elle fabrique des toiles « à tentes de soldats et d’officiers », ainsi que pour les sacs de campement.Le lin n’est pas acheté sur pied, l'ensemble des essais de rouissage industriel ayant échoué, la Société achète le lin roui qu’elle stocke au couvent des Capucins, stockage qui devient le rôle principal de la communauté après la construction des nouveaux bâtiments de la filature à I‘entrée de la ville (1847). C’est aussi au couvent des Capucins que se font I'emballage et I‘empaquetage des fils et toiles, le marquage, la couture ; pour cela, la Société emploie une soixantaine d’ouvriers.L'arrivée de la Marine à vapeur entraînant la perte du marché de la Marine et la difficulté d'un approvisionnement homogène, vont, entre autres, conduire à la fermeture de la Société Linière du Finistère en 1891. Après la liquidation, les bâtiments sont repris par la Grande Briqueterie.Aujourd'hui, ils sont encore partiellement visibles, certains dans un état de délabrement avancé car situés en zone inondable.
Auteur(s) du descriptif : Le Gall-Sanquer Andrée

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Pont de Rohan et maisons, quai de Cornouailles, 12

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Maison du 17e siècle, place Toul-Coq (Landerneau)

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
La SCNF porte plainte contre les légumiers bretons
La SNCF porte plainte contre des agriculteurs bretons qui ont saccagé des gares dans le Nord Finistère. Cela a entraîné des perturbations dans le trafic. Les légumiers réclament une aide de l'Etat pour faire face à la baisse du cours du chou-fleur.

Par : INA

vignette
picto
L'aventure d'Edouard Leclerc
Depuis 8 ans, grâce à l'expérience menée par Edouard Leclerc, le coût de la vie à Landerneau, dans le Finistère, est en baisse. Avec le soutien de sa femme, et contre l'avis de tous, il affiche des prix défiant toute concurrence dans son épicerie.

Par : INA

vignette
picto
Al labour-douar biologik [La culture biologique]
Mont a ra doareoù al labour-douar biolojik, war ziorroiñ e Breizh, a-enep krenn da voazioù modern al labour-douar. [Les méthodes de l'agriculture biologique, minoritaire mais en développement, vont à l'encontre des réalités de l'agriculture moderne et productiviste.]

Par : INA

vignette
picto
Landerneau : maréchal-ferrant : ferronnier d'art
Visite chez le maréchal ferrant, qui présente son métier, pose un fer à un cheval. Il s'occupe des fers d'une écurie de course, ce sont des fers sur mesure. Comme son métier tend à disparaître, il fait désormais de la ferronnerie d'art.

Par : INA

vignette
picto
Divers
1/ Femme qui traverse la route (N/B). 2/ Calvi, printemps 1961. 3/ Corse pâques 1961, troupeau de chèvres, port, marché, troupeau de cochons. 4/ Noce à Poullaouen, danse bretonne lors d'un mariage 1952 (très court). Gavotte Poher. 5/ Clocher. 6/ Promenade à la campagne, enfants (surex). 7/ travaux sur un bateau de plaisance (construit par M. Vignol sur des plans de Grondin acheté), sortie dans le bassin de Landerneau (1949) 8/ Fête bretonne (double expo.) 9/ voilier (surex) 10/ voilier à Bénodet (surex).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Construction de l'hôtel de ville...
Construction de l'hôtel de ville de Brest en avril 1959. M. Gaston Monerville à l'ancienne mairie. Pose de la première pierre. Visite en cortège automobile à Kerbernier, Lannilis et Landerneau. Travaux de construction de l'hotel de ville.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Clocher Saint-Houardon à Landerneau : [dessin]

Par : Gallica

Afficher le widget sur mon site Voir tous les documents
X

Afficher le widget sur mon site

Vous pouvez afficher le ce widget sur votre site en insérant le code suivant :

<iframe src="https://www.breizhapp.net/widgetbretania/index.php?set=wgt_landerneau"></iframe>

Vous pouvez également voir la liste de tous les widgets à l'adresse suivante Liste des widgets