Les documents de l'ARSSAT

vignette
picto
Mary 1ère Stuart, Rennes d’Ecosse, Reine de France
La maison Stuart, alias Stewart, provient d’une famille originaire de Dol-de-Bretagne dont l’un des membres se mit au service d’Henri Ier lors de la conquête de l’Angleterre. Plusieurs membres de cette Maison ont marqué leur époque de leurs destins tragiques, tel celui de Mary 1ère Stuart (1542-1587), reine d’Ecosse et de France, dont Roscoff a conservé la mémoire de son bref séjour en 1548.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Un Évêché imaginaire au Yaudet
Le Yaudet, source de fantasmes et de contre-vérités au cours du temps ; la liste est longue, depuis la création d'un évêché par Joseph d'Arimathie, une liste d'évêques improbables débutant en 75 après J.C., une orientation du nord fautive sur de nombreuses cartes, un prétendu culte solaire sur un repère géodésique pour cartographes, une vierge couchée qui ne l'était pas autrefois, une étymologie erronée pour créer un peuple imaginaire des Yadètes, etc.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Maen toull kar / Facelles / Pierres d’entrée de ch
En Bretagne, la pierre est partout présente, c’est donc tout naturellement que les anciens ont utilisé ce matériau pour leurs constructions. Les pierres d’entrée de champs, dites aussi « facelles », « maen toull kar » en breton, en font partie. L’auteur nous invite à découvrir tout un monde varié que constitue ce petit patrimoine, témoin de la vie passée de nos campagnes, qu’il faut préserver.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Voie romaine Plougrescant-Carhaix. Parcellaire pos
Le cadastre napoléonien sert de base à cette étude portant sur une voie du premier siècle, parcourant Côtes d’Armor et Finistère. Le profil de la voie est joint.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Voie romaine Le Yaudet - Corseul
Constituée de 8 tronçons de 15 km étudiés à partir des cadastres napoléoniens, elle relie Le Yaudet à Corseul en s’arrêtant à Rospez, Pontrieux, Goudelin, Trémuson, Langueux, Saint-Alban, Saint-Sauveur. Elle borde la Manche à une dizaine de kilomètres de distance et a pu servir à l’acheminement des troupes romaines de défense côtière, à partir de Corseul, dans les années 250.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
La tuile anglaise en Trégor
Au XIXème siècle les habitations du Trégor étaient en général couvertes de chaume. Les plus riches se permettaient l'ardoise. Finalement c'est le cabotage vers la Grande-Bretagne pour apporter poteaux de mine et pommes de terre qui va en contrepartie importer la tuile anglaise au retour sous ballast, joignant l'utile à la rentabilité. Ainsi le Trégor côtier va bientôt se doter de cette nouvelle couverture économique, encouragé par les compagnies d'assurances incendies et donnant au village cette particularité colorée qui perdurent encore aujourd'hui.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Une ferme du Trégor dans le mur de l’Atlantique
L’État-major de la 7e Armée Allemande décide de l’établissement sur la commune de Trédarzec, sur les terres de la ferme de Mez crec’h, d’une position d’artillerie provisoire au profit de la 5e Batterie du Régiment d’Artillerie 266. Du mois de novembre 1942 au mois de mai 1944, les habitants de la ferme vont partager le quotidien de cette unité d’artillerie de l’armée d’occupation ; le temps nécessaire à l’édification de quatre casemates bétonnées, destinées à la protection des quatre canons de cette batterie d’artillerie, dont la mission est la défense de l’estuaire du Jaudy. Sans rentrer dans les détails cette coexistence, cet article décrit l’installation et le fonctionnement de cette unité installée à Mez Crec’h et de sa Direction de Tir en position sur la commune de Kerbors.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’avènement de la pomme de terre en Trégor.
Alors que pendant des siècles le Trégor peinait à se nourrir en se concentrant sur la pêche et quelques céréales ou sarrasin, l'arrivée de la pomme de terre au XVIIIème siècle changea à la fois son alimentation et son économie. Pourtant cette région doit au hasard cette introduction, également lente et précaire en Bretagne comme en France. C'est cette histoire que ces lignes rapportent.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Cathédrale de Dol-de-Bretagne – Tombeau de l’évêqu
Le tombeau de Thomas James est le premier de la Renaissance italienne en Bretagne. Commandé en 1507, par le neveu de l’Evêque, il est réalisé par deux sculpteurs florentins, Jean et Antoine Juste. L’auteur détaille les ornements typiques de la Renaissance italienne. Une courte biographie présente cet Evêque de Dol-de-Bretagne.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Lannion vers 1860
En 1860, Lannion est une ville pittoresque au fond d'un vallon tapissé de prairies. Sa population a augmenté de 10% en 20 ans ; Elle a son tribunal, son port et prépare déjà l'arrivée du chemin de fer. Le maire, Emile Depasse, finance une pharmacie pour les pauvres et des travaux l'hiver pour les ouvriers (pavage de la rue du Port, agrandissement de la place du Miroir). La mendicité a disparu.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
La tour de l’église de Plouaret
La construction, commencée en 1554, est de style renaissance. La Tour, de section carrée à la base, comporte quatre niveaux. Un escalier à vis de pas à droite permet d’accéder aux différents étages. Dans l’ordre croissant on trouve l’horloge puis les quatre cloches ainsi que les deux chemins de ronde. Ces éléments ont longtemps rythmé la vie des Plouaretais.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’Hôtel des Postes, quai d’Aiguillon à Lannion
Avant son installation sur le quai d'Aiguillon le 11 septembre 1910, l'Hôtel des Postes de Lannion aura connu différentes implantations dans la ville durant la fin du XIXe siècle. Il succède à l'Auberge de la Porte de France, ancien relais de poste situé rue des Capucins. Au début du XXe siècle, les élus décident de construire le Bureau des "Postes, Téléphones et Télégraphes" sur le quai planté, après de vifs échanges sur le choix de l'emplacement. Le bâtiment sera agrandi en 1936, puis en 1970 avec un accueil pour le public.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Les pierres armoriées de l’Hôtel de Ville de Lanni
Sur la façade de l’Hôtel de Ville de Lannion construit en 1865, un emplacement avait été réservé pour incorporer une pierre blanche armoriée, différente du reste de la construction en granit. Il s’agit des armoiries de la ville, avec de chaque côté, deux lions sculptés portant écus en écartelé, qui proviennent de l’ancien Auditoire.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
La série des Apôtres du porche de l’église St-Téné
Comment identifier les apôtres qui ornent de nombreux porches de nos églises ? Outre les noms parfois placés sur les socles des statues, il existe d’autres clés d’identification de ces personnages. Cette petite étude menée en observant la suite apostolique de l’église Saint-Ténénan de Guerlesquin dans le Nord-Finistère, tente d’apporter quelques éléments de réponse à cette légitime interrogation.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’entreprise Kerambrun - Une dynastie de bâtisseur
En 1909, Charles et son cousin Jean créent l’entreprise générale de bâtiment « KERAMBRUN » au pied des escaliers de Brélévenez. Durant le XXe siècle, cette dynastie, de pères en fils, construira, outre des maisons individuelles, des bâtiments publics et privés ; à Lannion : les halles, l’abattoir, la poste, les haras, l’Institution Saint-Joseph et en 1935, la chapelle Saint–Joseph de style art-déco, en béton armé, sous la direction de l’architecte James Bouillé.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
En hommage à Yves Briand (1913-1999) – Le château
En hommage à Yves Briand (historien lanionnais), reprise de son article sur l'histoire du château de Lannion paru en 1969 dans le journal "L'Echo de Lannion"

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L'histoire de Lanmérin
La commune de Lanmérin est une ancienne paroisse du Régaire de l’évêché de Tréguier située sur la rive de la rivière Le Guindy. Lanmérin est une commune rurale, entre Lannion et Tréguier, très irriguée qui attire les visiteurs par son église dédiée à un saint inconnu nommé Mérin et surtout par la chapelle de Saint-Jérome de La Salle admirablement restaurée en 2009-2010.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Troglodytes à Trégastel : le témoignage d’Hyppolit
Hyppolite Violeau (1818-1892), écrivain brestois, nous a laissé deux témoignages sur l'habitat troglodytique à Trégastel, Cet article retrace, à partir de ses écrits, son témoignage et ce qui en reste aujourd’hui.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Les anciens haras de Lannion
Rue des Haras à Lannion, se cachent derrière de grands murs, une belle cour pavée à l'ancienne et une longère en pierre et brique avec 12 boxes pour chevaux. C'est en 1905 que la Ville de Lannion avait signé un compromis de vente pour un terrain destiné à la construction de la station de monte, mais l'acte de vente définitif ne sera jamais signé. En 2004, un notaire recevait une demande de mise en vente de ces bâtiments émanant des Haras Nationaux. La Ville de Lannion se revendiquant toujours propriétaire pour les avoir construits en 1907, et depuis cette date, occupés et entretenus sans interruption, elle devra en justifier.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Généalogie et Héraldique : I – La maison de Coëtme
La visite de la chapelle Saint-Jacques de Tréméven et du manoir de la Noë-Verte à Lanloup, a été l’occasion pour l’auteur d’établir les généalogies des fondateurs de la chapelle dont les armoiries figurent encore dans les vitraux : familles d’Avaugour-Penthièvre ; de Coëtmen ; du Perrier ; Rolland ; Hingant et celles des familles propriétaires de la Noë-Verte au cours des siècles.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
La voie antique de Carhaix au Yaudet I Remarques
A partir d’éléments tels que les cadastres, cartes IGN, photos aériennes, l’hydrographie et visites sur le terrain, en particulier par l’étude des gués, l’auteur discute le tracé proposé jusqu’alors de cette voie. La deuxième partie rapporte les résultats de sondages par lesquels les chaussées romaines ont été identifiées.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Les sablières en Morbihan-Un monde étrange « L’éco
Les sablières sont un éléments de la richesse arcitecturale des chapelles bretonnes. La conférencière en rappelle l'histoire (surtout le XVIe) et classe les sculptures en 7 thèmes. Un art, souvent naïf, qui mélange le fantastique, le bestiaire et le religieux.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Les Chrétientés celtiques au IVe siècle
Second document sur l’Evangélisation de l’Europe du N.O., il couvre le 4ème siècle de notre ère chrétienne, en Gaule transalpine, Grande Bretagne et Armorique. A partir des densités de population, une évaluation du nombre de chrétiens est effectuée, région par région. L’implantation des diocèses sous christianisme constantinien est donnée. Le monachisme naissant est évoqué.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Les manoirs autour du Vieux-Marché
Découverte des manoirs de Kergoz, Guernahan et sa chapelle, la Maison de François-Marie ainsi que la chapelle de la Trinité en haut du tertre dominant la vallée du Léguer.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Bourbriac
Village trégorrois de l’intérieur des terres au très riche patrimoine depuis le Néolithique jusqu’à la Renaissance : tumulus, église et chapelles ainsi que des manoirs

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
Justicia entre le glaive et la balance : les enje
L'auteur retrace l'histoire du tribunal de Lannion, commencée dès 1152 par le siège d'une sénéchaussée royale. Le bâtiment actuel (déclassé aujoud'hui) choisit un style néo-palladianiste, que son successeur Alphonse Guépin modifie en conservant le style initial.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’œuvre d’Emile Depasse, Maire de Lannion, ou la B
L’œuvre d’Emile Depasse, Maire de Lannion pendant 30 ans est relatée au travers de son activité débordante guidée par une grande intelligence. Il laisse le souvenir d’un précurseur en matière politique sociale et reconnu dans la qualité de "Maire bâtisseur".

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’âge d’or de Trégastel
L'arrivée du train à Lannion en 1881, amène sur la côte ses premiers baigneurs. C'est aussi le retour des célébrités locales comme Renan, Le Braz et Le Goffic qui entraineront leurs amis parisiens à découvrir leur improbable paysage. Les villégiateurs emboiteront leurs pas avec l'éclosion d'une architecture néogothique délirante au milieu des humbles chaumières trégorroises. Ce sera le premier âge d'or de Trégastel.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
L’antenne de Pleumeur-Bodou et les lieux de mémoir
Ce texte illustre la genèse d’un monument historique technique emblématique du patrimoine industriel du Trégor : l’antenne cornet du radôme de Pleumeur-Bodou construite entre 1961 et 1962. Elle fut à l’origine de la première liaison de télévision par le satellite Telstar avec les Etats-Unis, en juillet 1962. Ce radôme est devenu un symbole fort du développement des télécommunications dans le Trégor. Cette grande aventure aura aussi eu le mérite de placer la France dans les premiers rangs de ce domaine.

Par : L'ARSSAT

vignette
picto
La saga de la construction de l’immeuble Helios à
La conférence de Dominique Lacoste retrace "l'aventure architecturale de la cité Hélios de Trébeurden" au XXe siècle . Aprés une description soignée du bâtiment, le récit s'attache au portrait et l'oeuvre de l'architecte Roger Le Flanchec, maître d'oeuvre du projet. Sa personnalité singulière, ses audaces créatrices et quelques aléas de chantier embarquent le lecteur dans une saga annoncée par le conférencier.

Par : L'ARSSAT

Afficher le widget sur mon site Voir tous les documents
X

Afficher le widget sur mon site

Vous pouvez afficher le ce widget sur votre site en insérant le code suivant :

<iframe src="https://www.breizhapp.net/widgetbretania/index.php?set=wgt_arssat"></iframe>

Vous pouvez également voir la liste de tous les widgets à l'adresse suivante Liste des widgets