Les documents du Golfe du Morbihan

vignette
picto
L'industrialisation de la Bretagne
Région traditionnellement agricole, la Bretagne débute son industrialisation en 1960. La priorité est dès lors mise sur l'électronique. Des industries automobiles et chimiques vont également s'implanter. Plus de 15 000 emplois vont être ainsi créés.

Par : INA

vignette
picto
Ciboire des malades 1

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Rue François Rio
Cette rue est un ancien chemin en place sur le cadastre de 1844 et sur les différents dessins projetant l'usine à gaz. Il est proche du lieu-dit Keravelo et mene au pont du même nom aujourd'hui dénommé Pont-Vert.
Auteur(s) du descriptif : Toscer Catherine ; Lainé Claire

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Couvent de carmes du Bondon, actuellement demeure
Aujourd'hui intégré dans l'espace urbain, le couvent du Bondon est situé à l'origine dans un écart rural isolé au nord-ouest de la ville composé essentiellement de fermes. Du couvent initial à plan en U ne subsiste qu'un corps principal orienté au sud, à un étage carré, complété d'un pavillon à deux étages au nord et d'une tour d'escalier dans l'angle. L'étage du corps principal est desservi par un escalier en vis en granite dans cette tour quart hors-oeuvre. Situé dans l'épaisseur du mur, un escalier secondaire en vis dessert le comble du pavillon.L'acte de fondation du couvent des Carmes par le duc Jean V date de 1424. C'est sur des terres appartenant au seigneur Jean de Malestroit seigneur de Kaer que le Duc choisit d'édifier le couvent, auprès d'une chapelle existante, la chapelle Notre-Dame du Bodon, construite en 1318, signalée dans cet acte. Le Duc obtient la cession des terrains alentours auprès du propriétaire déjà cité et de l'édificier Pierre Loret moyennant des indemnités.En 1460, Françoise d'Amboise, veuve du Duc de Bretagne Pierre II, obtient du pape Pie II l'autorisation de fonder à proximité des Carmes un établissement de carmélites. Elle reçoit pour ce faire tout le terrain situé au sud de l'église jusqu'au chemin public et une partie du pré des religieux vers l'ouest. En 1468, les Carmes autorisent la construction d'une chapelle latérale entre le bâtiment des religieuses et le bras sud de l'église pour servir à la sépulture des soeurs. Des fouilles récentes ont révélé les fondations du couvent des religieuses, car elles ont obtenu du pape l'autorisation de quitter les lieux dès 1479. A leur retour à Vannes quelques cinquante ans plus tard, elles s'établiront à Nazareth, plus proche de la ville. L'église des Carmes fut augmentée en 1624 d'un nouveau choeur. Plusieurs seigneurs locaux avaient leur sépultures dans l'église. Après la Révolution, le couvent est vendu aux enchères en 1791 au sieur Joseph Guyot de la Chauvelaye, négociant, demeurant près du port. Cet acquéreur démolit l'église, le cloître et l'aile est avant 1809, car ils ne figurent plus sur le premier plan cadastral. Seuls demeurent aujourd'hui le corps de logis nord et les murs de l'enclos. Sur ce plan, le couvent du Bondon est formé d'un bâtiment principal à plan en équerre orienté au sud. Un autre bâtiment en équerre est figuré à l'ouest. Le cadastre de 1844 mentionne que le couvent appartient à Louis-Joseph-François Henry qui est dit expert au Bondon.Le corps subsistant se compose de plusieurs parties d'époques différentes. La partie la plus ancienne semble l'extrémité est du bâtiment : les ouvertures en arc brisé du rez-de-chaussée, ainsi que la charpente à chevron portant ferme remontent très probablement à la fin du 15e siècle. Ce corps ayant été coupé après la Révolution, le mur sud ne présente que des ouvertures créées au début du 19e siècle. Des aménagements ont été faits au cours du 18e siècle : le massif d'un conduit de cheminée est ajouté perpendiculairement au mur est ; la chambre du 1er étage a conservé une cheminée boisée de cette période. Le corps principal est sans doute contemporain, ce dont témoigne la porte d'entrée au nord, accès principal du logis, contemporaine de la porte du vestibule, ainsi que les baies du rez-de-chaussée du mur nord. Cependant il est repris au cours du 17e siècle : la charpente date peut-être du milieu du 17e siècle, tandis que le lambris de la chambre ouest semble plutôt de la fin du siècle.L'ensemble est augmenté au milieu ou dans la deuxième moitié du 16e siècle d'un grand pavillon de 2 étages carrés et d'un étage de comble, ainsi que d'une tour d'escalier polygonale intégrée dans le logis ouest qui ne dessert pas directement le nouveau pavillon, à l'exception du comble.La suppression d'une galerie de distribution, mentionnée dans la description de 1791, intervient sans doute lors de la destruction de l'aile est et de l'église au sud au début du 19e siècle. Enfin, de nombreuse modifications intérieures sont réalisées au cours des 19e et 20e siècles.
Auteur(s) du descriptif : Herbaut Claudie ; Toscer Catherine ; Lainé Claire

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Vannes
D'une image de ville tranquille, Vannes se transforme en ville dynamique. Sa proximité avec le Golfe du Morbihan attire une population souvent jeune, qui s'intéresse notamment à l'activité économique liée aux nouvelles technologies.

Par : INA

vignette
picto
Du temps de ma jeunesse

Par : Dastum

vignette
picto
L'autre jour je m'y promène tout le long de ces va

Par : Dastum

vignette
picto
Jarre à crème, collectage de la mission Basse-Bret
Dans la salle de Madame Le Gal, jarre à crème ; à la base, trou bouché par un bâtonnet et servant à l'écoulement du petit lait, Surzur, le 24 juillet 1939

Par : Mission Basse-Bretagne 193

vignette
picto
Un lit-clos, collectage de la mission Basse-Bretag
Un lit-clos, Surzur, Kerlann, le 17 juillet 1939

Par : Mission Basse-Bretagne 193

vignette
picto
Mademoiselle Le Gac, collectage de la mission Bass
Mademoiselle Le Gac, Surzur, Lamblat, le 18 juillet 1939

Par : Mission Basse-Bretagne 193

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes paroisse de Saint-Pa
avril 1916. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes paroisse de Saint-Pa
juin 1916. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes paroisse de Saint-Pa
août 1919. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes paroisse de Saint-Pa
décembre 1919. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes paroisse de Saint-Pa
juin 1919. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Maison
Maison de plan allongé mitoyenne d'un côté, simple en profondeur à l'origine, et construite en alignement sur la rue. Un escalier en bois, droit, est contenu dans l'appentis postérieur qui a été rajouté ultérieurement. L'escalier semble hors oeuvre à l'origine.Tuiles en couverture, décor de briques et béton pour les ouvertures et moellons de granite en soubassement. La façade est enduite. La porte d'entrée est centrée.Maison construite dans le 1er quart du 20e siècle avec appentis postérieur rajouté. D'après les propriétaires de la maison, il s'agirait d'un café à l'origine. L'annuaire du Morbihan de 1913 signale au n°2 la cafetière Patrix.
Auteur(s) du descriptif : Toscer Catherine ; Lainé Claire

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes - paroisse de Saint
juillet 1915. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes - paroisse de Saint
avril 1914. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes - paroisse de Saint
février 1917. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
Bulletin paroissial de Vannes - paroisse de Saint
janvier 1919. 20ème siècle

Par : Gallica

vignette
picto
L'élection présidentielle en Bretagne [Muet]
Les élections présidentielles se déroulent dans les différentes communes bretonnes et notamment à Vannes. De nombreuses femmes en coiffe, et vêtues du costume traditionnel, se sont déplacées pour voter.

Par : INA

vignette
picto
Remerciements du Capitaine Goering
Sur la demande du Maréchal Goering, une cérémonie présidée par son neveu le Capitaine Goering est organisée à Vannes en l'honneur de deux morbihannaises qui ont sauvé quatre aviateurs allemands de la mort.

Par : INA

vignette
picto
Les dix ans de l'Université de Bretagne Sud
La plus jeune université de France, l'UBS, Université de Bretagne Sud, fête ses dix ans. Implantée à Pontivy, Vannes et Lorient, elle a pour mission de développer les filières professionnelles et d'offrir un accueil de proximité aux étudiants.

Par : INA

vignette
picto
La réélection de Francois Goulard
Au lendemain du deuxième tour des élections municipales, retour sur la réélection du maire de Vannes, François Goulard. Dans une ville traditionnellement à droite, cela avait été une surprise de le voir en ballottage à l'issue du premier tour. Il est finalement passé, mais avec seulement 675 voix d'avance.

Par : INA

vignette
picto
Maison, 1, impasse Philippe Lebon (Vannes)
Maison semi-mitoyenne à la n°3 de l'impasse avec grand jardin latéral. Maison double en profondeur portée en alignement sur la rue avec la quasi totalité de ses ouvertures en pignon. Elle est composée d'un rez-de-chaussée surmonté d'un grenier.Maison datée 1932 par le cadastre numérisé.
Auteur(s) du descriptif : Lainé Claire ; Toscer Catherine

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Église paroissiale Saint-Pie X
L'ensemble des bâtiments : église, presbytère, sacristies, salles paroissiales, s'organise autour d'un cloître ouvert sur 3 côtés qui assure la liaison des différents bâtiments entre eux et la liturgie de plein air pour les grandes réunions de fidèles. L'église à l'ouest de ce centre comprend les fonts baptismaux, la salle des exorcismes, une chapelle d'hiver facilement chauffable pour les petits offices. La nef unique est étudiée par l'architecte pour assurer une belle visibilité de l'autel et permettre un éclairage en hauteur par des baies étroites resserrées, plus accusé pour le choeur et l'autel. La notice descriptive indique une construction en maçonnerie et non en béton armé, des couvertures d'ardoises. L'édifice comprend d'importantes parties de pierres apparentes dans les façades et l'utilisation d'un granit de teinte uniforme dans les différentes parties de l'édifice.La construction de l'église placée sous le vocable de Saint-Pie X est confiée en 1955-1956 à l'architecte Guy Caubert de Cléry pour desservir le quartier de la Madeleine dont elle constitue le centre religieux. Le 13 mars 1955, l'abbé René Moisan, vicaire à la cathédrale de Vannes est chargé par l'association diocésaine de fonder une nouvelle paroisse dans la partie occidentale de la ville qui devait être détachée de la paroisse Saint-Pierre, lorsqu'elle serait constituée. Le 10 septembre de la même année, une délégation lui était donnée par l'association pour agir à son nom dans les démarches à faire pour la réalisation du projet de la nouvelle cité paroissiale : église, presbytère, salle d'oeuvre et de catéchisme, auprès du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme et du Crédit Foncier. La paroisse Saint-Pie X est érigée le 22 décembre 1959 par l'ordonnance de l'évêque Eugène Joseph Marie Le Bellec qui en définit les limites (cf annexe de la fiche). Le choix du vocable de l'église de la Madeleine est lié à la canonisation de Pie X par Pie XII le 29 mai 1954. L'église s'élève sur un terrain donné par la famille Taslé à l'Association diocésaine. Elle s'inspire de l'église de Riese, ville natale du pape Pie X et répond ainsi au souhait de l'abbé Moisan qui de retour d'un voyage d'Italie désirait emprunter aux modèles italiens le programme de la future église. Le permis de construire est délivré malgré les observations faites par l'architecte-conseil de la reconstruction et de la construction, Mr Tourry, concernant son lieu d'implantation et son architecture, et sous réserve que soit donné plus de solidité aux parties basses de l'édifice, que soit unifiée l'échelle des différentes façades et uniformisées les pentes des toitures. En outre, la commission départementale du permis de construire incitait l'architecte à se rapprocher de Mr Hourlier, architecte-urbaniste chargé à l'époque du projet d'aménagement pour la ville, pour mettre au point le projet définitif. La décoration a fait l'objet d'un concours entre les artistes régionaux, qui selon l'architecte devait "donner à cette oeuvre le caractère à la fois régional et actuel qui convient à un église neuve dans une paroisse qui se fonde".
Auteur(s) du descriptif : Lainé Claire ; Toscer Catherine

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Maison Pit Cairn
Maison de type ternaire dont la façade principale sur la place Jean XXIII est du même modèle que le n°28 rue Richemont. A l'origine plan simple en profondeur, augmenté d'un corps postérieur coiffé d'une toiture à demi-croupe. L'angle de la maison est traité comme un pilastre supportant la corniche.Avec le n°28 de la rue Richemont dont la façade principale est sur la place Jean XXIII, ce sont les seules maisons figurées sur la dite place au plan Bassac de 1869, ainsi que sur le plan du lotissement de 1875. Celle-ci appartient à un nommé Morrette. Elles constituent un argument pour un projet de place ordonnancée qui ne fut pas réalisé. La maison est augmentée d'une construction postérieure avec tourelle hors-oeuvre aux environs des années 1900-1910. Son garage est édifié en limite du chemin de Bernus (aujourd'hui englobé).
Auteur(s) du descriptif : Herbaut Claudie ; Toscer Catherine

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Colloque conte

Par : Dastum

vignette
picto
Environs de Vannes : Vieille bretonne fumant sa pi

Par : Dastum

vignette
picto
Air de flûte (91)

Par : Dastum

Afficher le widget sur mon site Voir tous les documents
X

Afficher le widget sur mon site

Vous pouvez afficher le ce widget sur votre site en insérant le code suivant :

<iframe src="https://www.breizhapp.net/widgetbretania/index.php?set=wgt_GolfeMorbihan"></iframe>

Vous pouvez également voir la liste de tous les widgets à l'adresse suivante Liste des widgets